DOSSIER Kamako Lo'ki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

DOSSIER Kamako Lo'ki

Message par Jiwoo le Mer 9 Aoû - 20:13

*courrier type R567 + extraction de données*

Melle Legion Zékel,

à votre demande, nous vous transmettons les informations de notre bureau des renseignement et veille sociale de Nar-Shadaa concernant la Twilekk "Kamako Lo'ki".

Nous disposons de peu d'informations fiables. Visiblement les géniteurs de la dite Twilekk n'ont pas juger bon de remplir un formulaire type E-456B-C. Il est navrant de voir que les petites gens ne se soucient guère d'aider l'Empire dans sa tâche de la gestion des populations aliens.

Les principales rumeurs courant sur Kamako Lo'ki font état d'une arrivée récente sur Nar-Shadaa. Elle semble affiliée à un gang de rue. Ses principaux surnoms sont

- BBQ (nous ne comprenons pas vraiment, mais nous avons mis nos meilleurs linguistes sur le coup et ne manquerons pas de revenir vers vous quand les commissions créées pour l'occasion auront rendu leurs avis qui devra être soumis à une relecture attentive du comité exécutif des certifications de l'Empire).

- Crâmeuse (là aussi, nous n'affirmons rien avant d'être sûr de la signification)

- Babek (un de nos expert pense que cela fait référence à un mot Twilekk un peu déformé signifiant "ballon ovale")

Elle s'est fait remarqué pour de nombreuses dégradations de bien républicains, impériaux, mandaloriens et Hutt (voir annexe 2-3 pour une estimation précise). Il se dit que ses services sont hors de prix mais qu'elle pratique une certaine forme de réduction si son employeur est dans ses canons de beauté (à vérifier : notre enquêteur de terrain n'a réussi qu'à obtenir un devis avec une réduction de 10 crédits (voir annexe 2-4) Nous retenterons avec le gars qui a obtenu le prix de Mister Dromund-Kaas et qui vient d'être nommé dans nos services).

Connue également pour la vaporisation totale de deux cantinas suite à des bacchanales célébrant les destructions des biens cités précédemment.

Insultes à la Force impériale de l'ambassade lors d'une vérification des papiers. La suspecte aurait déclaré ("ils ont crâmé parce que j'avais mal réglé mes lance-flammes". Nous avons bien entendu récupéré les cendres afin de reconstituer les papiers et confisqué deux lance-flammes illégaux de référence CZ758 (pas de licence d'importation valable d'après le service de l'immigration Hutt).

Bien à vous,

Sergent Arkin, bureau des renseignements et de la veille sociale, Nar-Shadaa.


_________________
ある日、私の王女来るだろう

Kyôkho Moorabi -Sith / Jiwoo Moorabi - érudite à la psychomotricité différente
avatar
Jiwoo
Arrivant corsaire
Arrivant corsaire

Messages : 102
Date d'inscription : 04/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

l'Esprit d'équipe, faire corps. Oui ! Faire corps !

Message par Jiwoo le Jeu 10 Aoû - 15:18

"Quand je passe les douanes avec mes armes, c'est un peu comme si je devais déclarer ma flamme à chaque fois. C'est beau et presque romantique <3" Kamako lo'ki

Bon je dois me mêler à la troupe et faire mon trou. C'est mon job après tout. Mon employeuse est parti dormir et je suis libre d'explorer le croiseur à présent ! Pour s'intégrer, rien de mieux que de me laisser aller !! Direction le stand de tir de nouveau ! C'est là qu'on peut fraterniser.

- Salut les mecs, alors on essaye de tirer les cibles. C'est plus facile que tirer les meufs hein ? Bwhahahahaha !

Le fait que je sois alien attire toujours une certaine hostilité. Il faut que je brise la glace.

- Pour qui tu te prends Twilekk ?
- Pousse toi de là "5/10" !
- 5/10 ?
- La note que je colle à ton petit derrière. Un peu maigre à mon goût.

Je faisais reculer la cible en papier au maximum et dégainait mon blaster tout sourire.

- Je vais vous dessiner le portrait de mon employeuse. Ils m'ont tous regardé comme si j'étais à moitié folle. Ils avaient tort, je suis COMPLETEMENT folle. Je tirai jusqu'à la surchauffe de mon blaster. Bien sûr, je suis capable de placer un tir où je veux à 150 mètres, c'est un peu de la triche. ALors avec une cible à 50 mètres...... J'avais l'attention des 15 hommes qui s'entraînaient à présent. Quand la cible est revenue, ils ont tous éclaté de rire. J'avais dessiné au blaster un buste avec une énorme paire de seins.

- Et c'est la commodore ça ?
- Elle a des loches splendides hein ! Mais euh... j'ai jamais su dessiner les cheveux donc je me suis focalisée sur autre chose.
- Tu préfères les femmes ?!
- Nope. Je préfère me taper un mec. Mais s'endormir sur une moelleuse paire de seins comme ça, après, c'est le paradis !

Ils ont tous éclaté de rire. J'ai enfoncé le clou en renvoyant la cible à 10 mètres et ait vidé mes réservoirs de lance-flammes dessus en tirant un mini missile de mon canon d'épaule. Ils ont un peu pâli.

- Ne jamais laisser les preuves de vos désirs les plus malsains les mecs ! Je paye la tournée !

La soirée a été animée et j'ai terminé au lit avec un 7/10. Un bon début.


-*-*-*-

Note du responsable du stand à tir:

à: Générale Silmargamma.
Objet: Le stand de tir.

Mon Général,

Je m'excuse de vous déranger par ce mail, mais il faudrait songer à remplacer tous les manequins du stand de tir par des nouveaux modèles à base de cortose ignifugé. En effet, nous notons une recrudescence des entraînements. Cela n'a pas entamé notre stock de munitions de façon alarmante et je pense que c'est positif, mais il nous faut faire évoluer nos installations afin que cela cadre avec cette augmentation notable d'activité.

Merci d'avance mon Général.

_________________
ある日、私の王女来るだろう

Kyôkho Moorabi -Sith / Jiwoo Moorabi - érudite à la psychomotricité différente
avatar
Jiwoo
Arrivant corsaire
Arrivant corsaire

Messages : 102
Date d'inscription : 04/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Ces humains sont tellement tellement drôles !

Message par Jiwoo le Sam 12 Aoû - 16:21

- C’est pas parce que je suis Twilekk que je me sens inférieure. Au contraire ! Même si on me passe des menottes, je peux faire un lekku d’honneur ! Ha ha ha ! Vous avez pas cette possibilité vous les humains !
- Humpf…

J’ai montré aux gars avec qui je prenais un verre (maintenant, c’est eux qui m’invitent !) qu’avec mes lekkus je pouvais même faire un bras d’honneur en gardant mes bras croisés. Ils ont explosé de rire. Finalement faut pas grand-chose pour redorer le blason de ma race. Et quand j’ai sous-entendu tout ce qu’on pouvait faire dans un lit avec, là, ils m’ont mangé dans la main…

- Et tu l’apprécies ta patronne, j’veux dire la commodore ?
- Ouais. Elle est bien roulée. C’est génial d’être garde du corps les gars. Quand je la suis, je peux reluquer son ptit boule sans qu’elle s’en rende compte. Quand je marche devant elle, je roule du popotin pour l’amuser. Le top…
- Tu sais que c’est une salope ?
- Les gars, les gars… Salope c’est un terme galvaudé dans la bouche des mecs. Ça veut rien dire. En général vous dites « salope » pour qualifier une femme qui a de nombreux rapports sexuels. Comme vous quoi… Pensez-y.

Je les ai séchés. J’allais montrer au 2/10 qui avait traité la commodore de salope qu’il n’était à la hauteur d’aucune femme. Pitoyable petit mâle ridicule !!

Quand je me suis levé de la folle nuit que je lui ai offerte, je peux vous jurer qu’il n’était clairement pas en état de reprendre son travail. Mouhahahaha ! Il était courbaturé de partout. Je l’ai « achevé » d’une dernière tendre étreinte. Il s’est fait porté pâle. Ha ha ha ! La Générale va le tuer ! Bon, c’est pas tout, je dois veiller sur les petites fesses (ADORABLES) de la commodore. J’ADORE MON JOB !!!


_________________
ある日、私の王女来るだろう

Kyôkho Moorabi -Sith / Jiwoo Moorabi - érudite à la psychomotricité différente
avatar
Jiwoo
Arrivant corsaire
Arrivant corsaire

Messages : 102
Date d'inscription : 04/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

La commodore est folle. Mais j'aime ça !

Message par Jiwoo le Lun 14 Aoû - 17:28

Un garde du corps doit toujours trouver la bonne proximité au bon moment. C’est le sel du métier, ce qui différencie un mauvais d’un bon. Pas simple avec la commodore ! Bon ok, quand elle fait mumuse avec son minou (je parle du Nexu) j’adore traîner derrière elle pour prendre quelques holos de sa croupe qui me la coupe à chaque fois !

Mais aujourd’hui… C’était spécial. Vraiment spécial. Cette femme est dingue et c’est pour ça que je l’adore. Bien sûr, ça nuit un peu à mon professionnalisme, mais je me reprends peu à peu. Nous sortions de son bureau pour nous rendre à la cantina et afin de faire faire quelques pas à Fellawen qui avait bien besoin de se dégourdir les papattes. On est tombé sur un des autres tôliers du rafiot. Dark 5/10. Pardon… Dark Azylum. Le type qui a étranglé ma boss. Je m’attendais à ce que nous choisissions un autre chemin pour l’éviter. Ben non. Elle a un grain ma patronne. Ce grain que j’apprécie. Elle est allé vers lui tout sourire. Ha ! Il a été aussi surpris que moi Dark 5/10 ! Pire, elle l’a brossé dans le sens du poil en lui parlant d’une prisonnière à interrogé. Bien sûr, les hormones de Dark 5/10 ont chauffé comme un lance-flamme de chez CZERKA (sérieux, CZERKA c’est de la merde!). Nous avons alors fait route vers le centre de détention. Je suis restée à bonne distance. Le Dark ne semblait pas hostile. Et puis bon, la tenue de la commodore était vraiment magnifique. Engageante.

En entrant dans le quartier de détention, deux gros lourdauds se sont mis au garde-à-vous. Une rousse plutôt pas mal et à l’air un peu bête dans la première cellule. Une autre pas mal du tout dans la cellule voisine. Et la prisonnière en question… Un canon aussi. C’est pas un quartier de détention, c’est un garde-manger ! Un sith 4/10 à l’instinct de survie défaillant est arrivé peu après. Un petit nouveau. Il ne sait donc pas qui sont la commodore et Dark 5/10. J’ai essayé de le briefer discrétos sans perdre de vue ce qui se passait. La commodore… à quel jeu jouait-elle ? Elle a mis au défi Dark 5/10 de l’impressionner en lui montrant le sort qu’il réservait à la prisonnière. Il a commencé à faire un truc de forceux. Mais la fille en boite n’a pas eu l’air de réagir comme il l’attendait. Un gros bruit nous a fait nous retourné. La 7/10 rousse venait de s’effondrer dans sa cellule. Ça a eu l’air de faire sourire Dark 5/10. le petit 4/10 était un peu paumé. Après tout c’est un sith hein… C’est alors que je remarquais que la commodore se rapprochait subrepticement du Dark. Peu à peu. C’était très fin comme mouvement d’approche. Le Dark était occupé à torturer par la Force la prisonnière. En vain encore une fois.

La commodore a eu un regard bienveillant sur Dark Azylum. Elle lui a demandé ce qu’il allait faire maintenant que l’approche frontale avait échoué. En bon sith, il a parlé de faire un lavage de cerveau à la prisonnière pour la mettre au service de la Légion. C’est pas con. Un peu ignoble, mais pas con et pragmatique. Avec son petit air candide si craquant, la commodore a eu l’air surprise et a demandé s’il y avait de quoi pratiquer ce genre de truc chelou sur le rafiot. Il l’a toisé de son air supérieur et lui a dit que ce ne serait pas la première fois qu’il aurait recourt à ce procédé. La commodore a souri et a complimenté Dark 5/10 pour sa claivoyance. « Flatte un sith, vis un jour de plus » comme on dit chez nous !

Le petit sith est parti certainement retrouver son instinct de survie qu’il avait dû perdre depuis bien longtemps… Et là… La commodore a… Elle s’est excusée de… de ses propos qui avaient conduit à une sanction douloureuse quelques jours auparavant. Je ne sais pas si le Dark a remarqué que tout le corps de la Commodore reflétait un désir intense. Bon sang… J’aurais été un mec, j’étais mis en orbite direct. On dirait qu’il a pas compris, qu’il a pas su lire la situation de suite. Je me suis reculée prudemment. Les hormones c’est contagieux. Il a fini par lui demander sur un ton de défi si elle était sincère ou si c’étaient les hormones qui parlaient. Bref, il a commencé à comprendre. Elle s’est encore rapprochée de lui. Je pressentais ce qui allait suivre sans y croire. Z’êtes dingue commodore. Complètement dingue et franchement là, j’vous tire mon chapeau. Elle l’a embrassé direct. Pas un petit baiser. Nan, le truc qui rendrait chèvre le pire des psychopathes (et je crois que dans ce domaine, Dark 5/10 se pose…).

Pour éviter que le minou (le Nexu!) ne soit trop traumatisé et pour ne pas trop en voir, j’ai décidé d’emmener Fellawen loin d’ici. La petite gaudiche 7/10 rousse était tétanisée. Je suis sortie en restant à portée d’oreille. Après tout, c’est mon job non ? Oh, ça n’a pas été bien long… J’ai entendu un cri des gardes, un choc, un petit soupir de la commodore. Ça n’avait pas l’air d’être très agréable. Mais… Plus j’y pense, plus je me dis que la commodore a peut-être sauvé la vie de la prisonnière. Franchement, boss, z’êtes la meilleure. Notre Dark étalon est sorti peu après, l’air visiblement très satisfait. La commodore a pas tardé à suivre. Elle ne voulait pas le montrer, mais elle ne marchait pas vraiment droit. Et elle avait mal. Il était temps de faire mon job. J’ai voulu la faire s’asseoir, mais elle m’a fait comprendre avec sa finesse habituelle et un sourire que ce n’était pas vraiment une bonne idée… Apparemment, Dark 5/10 aime travailler les fondements avec beaucoup d’entrain. La commodore ne souhait pas que je récupère ses vêtements. Chuis plutôt d’accord. C’est jamais très frais un sith. Je lui ai glissé ma pèlerine sur les épaules. Puis, à sa demande je suis parti chercher une serviette. Fallait pas que je traîne trop. Elle fait la forte, mais bon, elle tiendra pas debout très longtemps. Je me suis dépêché en utilisant un peu mon jetpack dans les coursives pas trop encombrées. Manquerait plus que je tombe sur la Générale qui me reprocherait certainement –à raison-- mes excès de vitesse.

Quand je suis revenu, elle a aussitôt souri pour donner le change. À d’autres Commodore. Elle a bien essayé de protester mollement quand je l’ai prise dans mes bras. Une plume. Je vais vous soigner commodore. Z’allez p’t’être pas aimer, mais bon. C’est mon job.

Commodore, z’êtes pas une 12/10. Z’êtes une… nan, je vous l’écrirai un jour dans un beau poème. Chuis fière que vous m’ayez embauchée. Je vous ferai une ristourne conséquente lors de nos prochaines négociations salariales. Chez moi, y’a pas plus grand signe de respect.

*arrêt du log*

_________________
ある日、私の王女来るだろう

Kyôkho Moorabi -Sith / Jiwoo Moorabi - érudite à la psychomotricité différente
avatar
Jiwoo
Arrivant corsaire
Arrivant corsaire

Messages : 102
Date d'inscription : 04/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Une lettre sur le bureau de la commodore

Message par Jiwoo le Jeu 17 Aoû - 16:43


Commodore. Le gros lourd vous a pas envoyé de poème.... Et ben moi je vais vous en dire des mots doux. C'est pas juste qu'une femme comme vous subissent les humeurs d'un muffle.

Alors... Vous savez que je donne des notes aux gens en fonction de leurs attributs physiques. 12/10 c'est vous. Z'êtes parfaite. Mais, en fait, vous êtes bien plus. Maintenant, vous n'êtes pas douze sur dix, mais douce sur dix. C'est ben triste que tous les abrutis de ce rafiot ne voit pas votre beauté. Intérieure. Douce sur dix, parce que vous êtes dangereusement douce. J'vous l'ai pas dit, mais la nuit dernière, j'ai dormi contre vous. Sans armure. Ouais, j'voulais pas abimer votre peau de bébé. Vous allez pas être contente, mais j'voulais vous veiller. J'vous ai soignée mais ça suffisait pas. ça fait partie de mon job. Et j'ai bien dormi. Fellawen aussi. Je plaide coupable sur un baiser perdu sur votre ventre. C'est pas pro, mais vous le saviez pas. Enfin, maintenant, vous savez.

Vous êtes merveilleuse chef. Pas seulement douce. Vous m'avez apporté un peu de paix. Croyez-moi, chuis pas facile à calmer pourtant.Vous êtes mon ptit bonheur sur ce rafiot patrone. J'voulais que vous le savez euh... on dit sachiez (mais comme ça rime avec "ça chiait" c'moins beau). Merci d'exister.

(en fait, il y a peut-être-eventuellement eu un peu plus qu'un seul bisou sur votre ventre. Mais... faut pas m'en vouloir. Douce sur 10 commodore.)

Kamako

_________________
ある日、私の王女来るだろう

Kyôkho Moorabi -Sith / Jiwoo Moorabi - érudite à la psychomotricité différente
avatar
Jiwoo
Arrivant corsaire
Arrivant corsaire

Messages : 102
Date d'inscription : 04/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Une belette reine du monde

Message par Jiwoo le Jeu 17 Aoû - 16:44

Une cosmique belette.


Dingue ça ! J’avais jamais été émue comme ça… Enfin bon, y’a ma douce sur dix, c’est pas la même chose avec ma belette. Belette ? Ça vous fait rire (ouais ! Chuis bien sûr qu’un ou des fils de putes lisent tous nos log. Alors pour vous, allez vous faire sucer par une rodienne!).

C’était une soirée spéciale au bureau des corsaires (nan, on a rien fait péter. Juré). La commodore recevait un 8/10. Un mando… Enfin, j’en parlerai plus tard. J’m’embrouille quand j’essaye d’avoir trop de choses intelligentes à dire. Donc, j’écoutais ma douce sur dix et le mando… Et alors… J’ai failli tomber sur le cul (le premier qui dit que ça aurait été bien amorti, je lui crève les yeux à coup de lekkus !). Je l’avais pas vu en entrant.

Une petite créature fragile dépassant à peine du bureau. Elle était assise en tailleur avec des chiés de dossiers ouvert devant elle. C’était comme regarder toutes ces vidéos de petits chatons tout mignons qui traînent sur l’holonet… Et là, c’était encore plus adorable. Ouais, elle est belle, c’est sûr, mais… quand on la regarde, on voit aussi un ptit corps tout chétif et on s’demande comment elle arrive à tenir debout… Dans la hiérarchie mando –ouais, y’avait un mando dans la salle j’rappelle. Et vu qu’je sais pas trop penser à deux trucs différents, j’crois que j’ai été influencée un chouia-- elle serait quoi la petite belette ? Une belette ! Mon cerveau avait fait le lien tout seul. Chuis trop géniale.

La belette était épuisée… Ses yeux étaient tout ptits. Alors moi, j’me suis dit faut faire quelque chose. Le mando ne représentait de danger, et puis y’avait l’aut cruche de Delthea. Si un danger pouvait venir de quelqu’un dans la pièce, cétait de la belette. Le genre de danger qui mettrait en péril tout ce raffiot : qui va prendre soin de la belette ? On tuerait pour ça !!

J’me suis approchée avec ma discrétion habituelle en faisant bien entendre mes pas. Faut pas effrayer une belette, elle s’enfuirait loin de toi et tu pleurerais toute ta vie en repensant à son ptit visage adorable… J’ai essayé de faire de l’humour drôle. J’lui ai dit « Hé : Pas d’micros, pas d’caméras, pas d’blague »

Oh putain !! Elle a levé ses ptits yeux tout mimis sur moi… C’était comme si on m’enfonçait un masque mando dans le fion. Ouah ! Si j’avais été civilisée, je l’aurais prise contre moi, je lui aurai donné le biberon, fait faire son petit rôt qui aurait été comme une chanson d’amour twilekk et zou dans le berceau. Et alors j’l’aurais regardé dormir toute la nuit. J’aurais souri comme une conne le lendemain devant ma gueule défoncée. Et j’aurais quand même été contente.

Bon OK, OK, c’est ps un bébé. Mais quand tu la vois t’as envie que la belette soit de ta famille, ta petite. Alanaë elle s’appelle. Ça rime presque avec belette non ? Huh…

J’me suis présentée. J’lui ai dit qu’elle pouvait m’appeler « tata Kamako ». Sûr ! Si je serais ta tata alors j’t’apprendrais plein d’choses utiles. Plus utile que lire ces cons de dossiers. Ton potentiel de mignonitude pourrait changer la Galaxie belette ! T’inspires plus de mignosité que des vidéos de chatons ! Tu te rends compte belette !!!

Elle a replongé de suite la tête dans les dossiers… J’ai eu le coeur qui s’a déchiré. À c’moment, la commodore m’a demandé un contrat vierge. J’allais essayer de faire ma belette cosmique encore une fois. Bon Ok, elle a pas rigolé la première fois. C’est ma grande blague que je répète tout le temps.

« D’toute façon y’a que ça de vierge ici ».

Elle a pas ri ma belette. Faut que j’arrive à la faire rire. Peut-être un jour… J’lui ai demandé ce qu’elle voulait boire pour encore entendre sa voix. Bordel les mecs !!! C’est un petit miaulement tellement adorable sa voix !! ça coule comme une bière mando un soir d’été avant de roter (j’me suis mise à la poésie y’a pas longtemps). Mon petit chaton de belette cosmique a juste demandé un verre d’eau. T’as besoin de vitamine mon petit chou à la crème de l’univers des belettes dont tu es la plus mignonne (sérieux, je trouve que je progresse vachement en expression !)

Elle l’a bu d’un trait. Comme on avalerait un mirubata (ça me manque ce truc d’ailleurs). Pauvre belette, on t’a jamais appris à savourer un truc. J’ai le coeur en miette. J’ai envie de t’prendre sur mes genoux et de ramener ton doudou. Et puis en plus assise comme ça, tu t’épuises encore plus vite -j’avais envie d’lui dire-. J’lui ai dit. Elle a répondu qu’elle avait pas le temps qu’elle était pressée. Alors tata kamako lui a ramassé tous les dossiers pour les poser sur la table : elle a eu ce ptit regard perdu. Elle savait pas trop comment réagir la belette. J’y ai collé le cul sur une chaise après l’avoir relevé doucement (enfin j’crois). Et puis elle a retourné travaillé comme si de rien n’était. Oh ma belette ! qu’est-ce qui t’as rendu comme ça. Je trouerai le cul de ceux qui t’font bosser sans t’accorder d’repos ! Foi de tata Kamako !

Chuis retourné zieuter le décolleté de ma douce sur 10 en surveillant un peu la belette du coin de l’oeil. C’était troublant. J’avais presque envie d’enlever la commodore et la belette pour nous installer sur une ferme dans un coin perdu de l’univers. On aurait élevé des moutons pour faire du fromage de chèvre. La commodore et moi on aurait regardé notre belette sourire. On lui aurait raconté des histoire avant qu’elle s’endorme. Et puis j’aurai donné du bonheur à la commodore. Et on aurait fait des fromages de chèvre en riant. En famille. Ce sera mon plan D quand tout se cassera la gueule.

Ma belette, mon petit chaton t’as rendu ma vie un peu plus belle aujourd’hui. Tu l’sais pas, mais je te le dirai un jour.

PS : j’ai parlé un peu avec la Lilina (la petite chaudasse au droïde) Elle n’aime pas ma belette. Preuve qu’elle a pas de goût ! Un jour ma belette l’a surprise à la cantina et lui a dit que si elle avait rien à faire, elle pouvait toujours passer le balais. Mouhahahaha ! Ma belette cosmisque… Si tu connaissais la façon dont Lilina fait le ménage t’aurais jamais d’mandé ça. C’est pour ça qu’à partir de maintenant, tata Kamako veillera à ton éducation ma petite belette. SI un jour j’ai une fille je l’appellerais Alanaë. Ou belette. Je sais pas trop encore, et chuis pas sûre que ma douce sur dix veuille faire un bébé avec moi.

_________________
ある日、私の王女来るだろう

Kyôkho Moorabi -Sith / Jiwoo Moorabi - érudite à la psychomotricité différente
avatar
Jiwoo
Arrivant corsaire
Arrivant corsaire

Messages : 102
Date d'inscription : 04/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

La fin d'un règne (partie I)

Message par Jiwoo le Ven 18 Aoû - 14:01

Y’avait du monde, c’est clair ! Pas qu’un peu ! Faudrait vraiment rajouter des fauteuils dans la salle de briefing. J’allais pas me plaindre.

Mais bon, faut que je me remémore comment ça a commencé… c’était la veille suite aux événements avec Lucena 7/10 (j’me souviens plus de son nom), enfin… plus exactement le lavage de cerveau de Lucena. Je comprends ça, c’est pas bien propre un cerveau de sith. J’avais interverti le sérum avec un somnifère et Azylum avait découvert la supercherie. Il était face à la commodore et moi. La sith Kyôkho Moorabi était en route pour le sanctuaire du Dark… Un témoin de moins et Lexïa gaulé pour une trahison… Fallait agir vite…. j’me suis dénoncée à Dark 5/10. Il a juste souri après avoir blessé ma douce sur 10. J’aurai eu un blaster je lui aurai fait ravaler son dentier. J’srais peut-être morte, mais j’aime pas qu’on touche ma commodore. MA commodore !

Il est sorti et chuis resté comme une conne. Bordel, je venais de lui dire que c’était moi qui avait interverti le sérum de lavage de cerveau et les somnifères. D’abord la commodore… Je relevais la commodore qui était effondrée, elle saignait abondamment de la lèvre inférieure. J’lai câlinée un ptit peu mais dans ce cas, j’sais pas si c’est vraiment utile. J’lai allongé sur un lit de libre de l’infirmerie. Elle était ailleurs ma minouchette… perdue… J’ai réquisitionné un médecin qui surveillait les constantes de Lucena 7/10. Il a eu un peu peur quand il s’est retrouvé sur mon épaule. Ou peut-être j’a oublié de lui parler d’abord ? Pas grave. Je lui ai planté les guiboles devant la commodore.

- Hop ! Urgence ! Anesthésie, suture propre. J’insiste sur le propre.
- Euh…
- Exécution.

Le mot « exécution » dit avec ma tête de psychopathe on fait leur effets. Mouhahaha. J’a attendu qu’il finisse. Maintenant, phase 2 du plan « sauver les miches de ma douce sur dix ». Fallait que j’attire sur moi tous les soupçons. Ça me faisait mal au coeur. M’éloigner de celle qui me fait tout chaud dans le ventre est dur. Mais j’ai un job. Et c’est de te protéger peu importe le prix ma douce sur dix. Spi’keko prendrait le relais certainement. C’est un gars tip-top. Alors je sais pas quand je te reverrai ma commodore. J’peux même pas te faire un gros bisou comme dans « Amour interstellaire II » quand Bildtroc part pour la guerre et qu’il embrasse la commandant Dreckage encore dans le comas . Chienne de vie. Mon idéal romantique.

Pour attirer les soupçons, c’est facile. Faut faire plein d’bruit. J’ai commencé par un coup dans les noix du doc. De toute façon vu sa tronche c’est pas comme si ça doit lui servir souvent.

- Et t’as pas intérêt à dire qu’c’est moi qui a juste endormi la greluche qui dort là-bas. Je montrai Lucena 7/10.

Etape I c’est fait. J’me suis ensuite précipité aux hangars. Y’avait peu de gardes. Je savais qu’il y avait un gros briefing pour préparer un truc que les forceux avaient mis en place.

- Tu vas où Twilekk
- J’ai besoin d’une navette pour aller chez ta mère pour l’enculer avec un lekku. Connard.
- …
- Nan, plus sérieusement, je viens ici pour prendre une navette pour me barrer. J’ai Azylum au cul et ça me rend un peu nerveuse. J’crois qu’il aime pas qu’on suive pas ces ordres.
- …
- Ceci dit si ta mère est potable, ça me gêne pas d’aller lui donner un peu d’plaisir. Quand j’te vois j’me dis que ça a pas dû être drôle pour elle tous les jours.

Les deux gardes se sont tendus. Mais bon… pas assez rapides. J’y ai pété leurs chicots. Prendre la première navette. Mouhahahaha ! c’était celle réservée à Dreckin ! Avec tous les pass pour accéder à tous les spatioports. Bonne pioche !!

Vol de navette, ça m’enfonçait bien et ça éloignait encore un peu plus les soupçons de ma douce sur dix. Direction une planque sûre. Pour une nuit. La phase deux du plan, était de revenir sur le raffiot pour se rendre. Et là, ma belle serait définitivement hors de cause et j’aurai bien vénère les huiles de la Légion. Et ça m’avait permis de rencontrer une personne fiable. Un 8/10 en plus.

J’ai rien compris… Quand j’me suis rendu aux deux gardes de quart, ils ont consulté la console devant eux et m’ont regardé comme si j’étais une conne.

- Y’a rien contre toi Kamako (hé hé ! C’était le 7/10 de ma première nuit sur le rafiot!). Au contraire, y’a un bonus du Darth suprême pour toi. Une prime exceptionnelle.

Putain… Dark 5/10 est flippant… Il sait comment monter les gens les uns contre les autres. Il voulait que ma douce sur dix se méfie de moi… Coup d’génie…

- Par contre t’es attendue en salle de briefing. Grosse réunion.

Les jambes comme un clafoutis de quetsches de rishi, j’ai allé en réunion. Ma douce sur dix était assise, la tête baissée, l’air sombre. Putain comme j’avais envie de t’prendre contre moi pour te consoler. Dark 5/10 a croisé mon regard un sourire sadique aux lèvres. Il avait gagné la première manche. Et ce sourire… Hurgh… Un sith pur jus… Je sais qu’il laissera rien passer. Adieu ma vie future sur Larzak-VII avec la commodore et ma belette cosmisque pour élever des moutons. Chienne de vie de merde… Le sas s’est ouvert sur la Générale. J’me suis levé rapidement. Elle a avancé de sa démarche raide et glaçante à sa place. C’est pas un balai qu’elle a dans le cul la daronne : c’est carrément un aspirateur industriel. Elle noté un truc sur son datapad l’air en colère tout en regardant l’assemblée. Spi’keko s’était pas levé et à mon avis il se fera taper sur le doigts.

Je savais ce qui devait s’passer… Azylum aussi visiblement et ça ça puait… La sith Kyôkho avait disparu, sa sœur aussi. Restait plus que Lexïa et les vidéos de Dreckin comme témoins. Anolia s’est avancé, son air sadique sur le visage. Pour la première fois j’ai eu un peu de sympathie pour Azylum en voyant la tronche de panda malade de la sith. Si il se la tapait, franchement respect. J’espère qu’il la prenait par derrière au moins…. Le sith derrière moi marmonnait quelques paroles incompréhensibles. Et j’étais bien d’accord avec lui. Spi’keko qui était à côté de moi n’avait pas bronché. Je devinais bien ce qu’il pouvait penser…

Et comme dans « Amour Interstallaire II » un gros « BOOUUUUUUM » a ébranlé (comme je kiffe trop ce mot!) le croiseur. Spikeko a bien essayé de me retenir, mais je me suis étalée comme une bouse de tauntaun. Le plus drôle c’est comme d’hab personne était armé et on a tous cherché nos armes à nos ceintures. En vain… J’imagine que le jour où quelqu’un perd la clef de l’armurerie ça va craindre sévère… Mais bon j’me suis débrouillée pour « réquisitionner » un blaster à un garde un peu en panique. J’ai hurlé « AUX HANGARS » et j’ai foncé dans l’ascenceur. En sortant au niveau des hangar, j’me suis retournée… Y’avait un seul type… Gros succès mon hurlement. Au moins, c’était un sith at par chance c’était le Sith Staynn. Le type qui disait des trucs bizarre à la réunion. Au moins, c’est un sith. Il m’a demandé si je savais où on pouvait trouver un sabre laser. J’lui aurais bien répondu « dans ton cul » mais c’est un sith et je l’aime bien. J’ai juste hausser mes épaules. Il a dit un truc comme «ha… je sais utiliser la Force c’est vrai… » Puis il s’est retourné avec son air absent, lentement, pour surveiller l’entrée de l’autre hangar.

Ce n’était que le début.

_________________
ある日、私の王女来るだろう

Kyôkho Moorabi -Sith / Jiwoo Moorabi - érudite à la psychomotricité différente
avatar
Jiwoo
Arrivant corsaire
Arrivant corsaire

Messages : 102
Date d'inscription : 04/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

La fin d'un règne (Part II)

Message par Jiwoo le Sam 19 Aoû - 20:22

Ne voyant rien venir des hangars, le sith et moi sommes remontés sur la passerelle pour faire notre rapport. Spi’keko avait bien pris le relais auprès de la commodore. Il est trop classe ce mec ! Il ne bronchait pas au plus fort de la bataille spatiale !! Miracle aussi : l’officier de pont Gotovina était pas torché ! Un jour que je me souviendrai toute ma vie ça… Mais la bataille était bien lourde autour du croiseur. Heureusement qu’on était pas seul. On a même réussi à capturer une des navettes ennemies dans un de nos rayons tracteur. Par chance j’allais enfin pourvoir faire péter quelque truc ! Chuis descendu avec petit-cul-d-enfer (la sergent Delthea), Spi’keko, et le sith Staynn qui a dû se retrouver avec nous par accident… M’enfin j’vais pas m’plaindre par le mecton m’a sauvé les miches. J’raconte :

La navette avait été immobilisée par les entraves magnétiques, tout un peloton de soldats encadrait la navette. Petit cul d’enfer elle a pas froid aux yeux ! Elle s’est avancée quand le sas de la navette s’est ouvert. Bien sûr j’a foncé à côté d’elle. Pas de raison qu’elle s’amuse toute seule. Blème : le type qui est sorti avait un détonateur en main et une bombe dans l’autre. Quand t’as le choix, vaut mieux tirer sur le détonateur. Toujours. Delthea a hurlé à tout le monde de reculer. Manque de bol cocote, quand y’a de l’action j’deviens sourde ! Spi’keko a bien dû me dire quelque chose pour que je bouge. M’enfin chuis sourde quand je vois un fils de pute avec un détonateur. J’ai tiré avec précision (tu m’étonnes, j’ai mon « truc » hein!) pour détruire le détonateur. Après j’aurai pété les chicots de ce connard. Mauvais timing. Le temps que mon tir arrive, il avait déjà appuyé. J’aurais dû terminer en cendre, mais le sith Staynn avait incanté une sorte de bouclier de Force pour contenir l’explosion. Chuis juste tombée et j’ai eu des bourdonnements d’oreille pendant quelques minutes. Je m’a fait engueuler par Spi’keko. Staynn était confus de m’avoir sauvé, et Delthea m’a jeté un regard d’incompréhension. Un jour tu comprendras cocote !

Les Jawas sont venus prendre soin des débris de la navette. Sont efficace les ptits gars ! À peine la bataille spatiale terminée, la tarmac était presque propre ! Il était temps de rejoindre l’unité de Dreckin. Si au passage je pouvais le trucider lui, ce serait génial. Dans la confusion un tir de blaster est si vite parti… ou autre chose. M’enfin… j’aurais peut-être l’occasion de lui créer un trou du cul artificiel.

On s’a tous tassé dans une navette. Surprise, le Darth suprême était là. Y’avait aussi l’ambassadrice Neenniaa (4/10 pour le cul, mais ses beaux yeux compensent), et quelques siths mineurs. Enfin mineurs pour moi. Dreckin nous a accueilli avec son air sûr de lui insupportable. Mais y’avait trop de soldats pour que je le reset proprement. On était atterri devant un temple moche mais plutôt grand. L’esplanade était un peu trop exposée à mon goût.Il nous a mené à une petite terrasse pour nous montrer le jouet que voulaient les siths. L’ambassadrice avait l’air d’avoir un orgasme. Azylum l’a mis en garde on parlant de pouvoir dangereux et je sais plus trop quoi. Par sécurité je restais devant Spi’keko. Il est trop sympa pour que quelque chose lui arrive. Et quelque chose est arrivé. Des chasseurs inconnus ont lancé un raid sur la terrasse à peine le jouet sith récupéré. Spi’keko a été lourdement touché. J’lai embarqué par le falze dans le temple. Les soldats on eu du mal à garder la cohérence et là… Dreckin sous un tas de pierre tombées du plafond. Il l’avait eu son reset finalement. Mais c’était le bordel. Impossible d’aller sur l’esplanade. On a tous monté les escaliers du temple afin de voir si y’avait une autre sortie (bonjour le gars qui a fait la reco au passage. Si il survit, j’y pète les genoux à ce fils de Hutt unijambiste.). La merde… On s’a fait accueillir par des tirs bien nourris: lances, cailloux, etc. Fallait redescendre. Finalement l’esplanade ça aurait été peut-être bien ? Chez nous c’était la panique. Les soldats essayaient de redescendre tandis que d’autres montaient. Le gros darwa quoi. Spi’keko qu’était mal en point mais sans vouloir le reconnaître m’a fait signe de sauter. Il a dit que même si il volait comme un brique c’était moins dangereux que les escaliers. T’inquiète mon pote. Quand il s’agit de sauter quelque chose, Kamako elle a de la force. Hé hé hé hé… J’lai pris par la ceinture et on a sauté. J’en ai profité pour remarquer que son petit cul méritait bien un 9/10 finalement. C’est beau un mando qui s’entretient. On est arrivé presque en douceur au sol. Delthea s’est débrouillée pour sauter pile sur un truc qui l’a transpercé. J’voulais l’aider, mais j’avais déjà Spi’keko à soigner. Et puis l’ambassadrice s’est occupée de Delthea. Comme quoi tous les siths sont pas à chier… Du regard j’ai cherché le sith bizarre (Staynn). Il était là certainement en train de se demander si c’était bien raisonnable de sortir. M’aurait fait chier qu’il clamse ce petit gars.

Une fois les bobos réparés au mieux, on avait pas le choix, fallait sortir. Les soldats et nous sommes parti en courant. Ça a été le souk. La panique. J’ai suivi Spi’keko qui savait quoi faire dans ces cas. Faut toujours suivre le meilleur. Staynn a dû penser la même chose. Bonne pioche. L’autre groupe a morflé… Nous on a été relativement épargné. Les chasseurs passaient sans cesse, les soldats tombaient par dizaine à chaque passage. Les forceux on t fait de leur mieux pour provoquer des collisions, Delthea a tenté de réparer le vieux tank qu’était sur le parvis. J’men suis complètement remis au mando et j’ai eu raison. Il nous a fait bouger le sith Staynn et moi d’abris en abris afin d’avoiner c’qu’on avait sous la main. Ce type est un fou et un Dieu à la fois. Son armure ressemblait plus à une passoire et pourtant il courait encore. De loin j’ai vu Azylum se prendre un tir et finir en jupette. Mais il s’est relevé assez vite.

Et là le drame… Des types, des sauvages sont arrivés des surplombs et on beuglé en chargeant les soldats. Ça puait un peu… Ils poussaient les troupes vers le précipice. Il tombait par dizaine eux aussi, mais ils s’en foutaient. Ils poussaient… J’ai agrippé Spi pour courir vers une navette du croiseur qui arrivait en urgence (nos chasseurs occupaient les leurs). Première navette pleine. Je me suis ben sûr proposé pour rester en attendant la deuxième. Ces connards en pagnes allaient pas nous pousser plus loin, foi de Kamako. Et… J’ai vu Azylum chargé. Le con… Il a chargé !? Il a sauté par dessus nos troupes pour atterrir en plein milieu des sauvages. La poussée s’est fortement ralentie… J’allais charger à mon tour quand l’autre navette est arrivée. J’ai vu Azylum se faire tailler en pièce. Pas cool de crever en jupette, mais total respect mec. On avait le jouet, mais on a pris une grosse branlée.

*-*-*-*-*-*

« Je me suis réveillée dans une douce chaleur. Ta main entre les miennes et Fellawen qui nous avait veillé… Il a été le premier à se réveiller pour aller à sa gamelle. Le froid induit par le départ de notre doux ami m’a réveillée à mon tour. Je me suis alors couchée contre toi. Tu tremblais encore. Depuis combien de temps étais-tu réveillée ma belle ? Tu n’as rien dit quand j’ai glissé un bras sous ta tête afin de t’offrir un biceps plutôt confortable pour tout oreiller. Ma main libre est venue se poser sur ton ventre qui se soulève trop vite. Ton stress… Nous sommes seules, je pourrais utiliser ce que tu sais pour te soulager, mais… je n’en ai pas envie à ce moment. Nous sommes deux êtres vivants et la chaleur de mes sentiments naissants est plus pure que n’importe quel autre artifice.

- Ça va aller commodore… La disparition d’Azylum et de Dreckin –même si j’ai un doute sur ce dernier-- va vous donner de l’air. Et je serai là. On va pouvoir passer à autre chose. Réparer votre vie, chercher qui vous savez. Vous ne serez jamais seule. Moi et Spi’keko seront toujours sur votre dos… Alors pour le moment on reste un peu comme ça, vous respirez et je vous masse votre petit ventre adorable… C’est le début de vos règle non ?

La détourner de ses angoisses en la focalisant sur le concret.

- Tu es flippante A… Kamako… Comment tu le sais…
- J’adore ce petit ventre contre ma main. Il est beau, chaud tendre et quand il est un peu plus gonflé, un peu plus chaud que d’habitude je sais que…

J’accentuais le massage pour la soulager. Elle a des règles douloureuses la pauvre.

- Dites commodore, je pourrai vous mettre votre tampon ?
- Hé ! Kamako c’est absolument hors de… --Elle a entendu mon petit rire-- Tu plaisantais… Je… suis désolée d’être autant à cran…
- Je n’ai pas été spécialement drôle et fine non plus… --Je riais toujours. Un baiser sur tes cheveux.--
- Je… te retarde dans tes recherches de qui tu sais, Kamako… Tu ne devrais pas perdre de temps avec moi comme ça…
- Ce temps, j’aime bien vous l’offrir commodore. Je crois qu’il me fait du bien aussi. Et n’avais-je pas dit que vous deviez profiter de ce petit moment… tendre ?
- Oui. C’est tendre. Je te remercie pour ça.
- C’est mon job commodore.
- Urgh… tu as le chic pour casser le moment !

Je riais doucement une fois de plus en accentuant la pression de ma main et en me serrant dans ton dos. Je crois que j’ai un peu fait glisser mes lèvres de mes cheveux sur ton cou.

- C’est que vous n’êtes pas assez concentré sur le moment… Vous voulez qu’on parle de plombiers et de ramoneurs potentiels ?

D’un glissement de la main qui était sur ton ventre j’aurais pu atteindre et franchir le rempart de ta petite culotte et pour la première fois émouvoir mes doigts de la douceur de ta toison. Mais ce n’était pas le moment. Aimer c’est aussi ça. Toujours attendre le bon moment. Vivre au temps de l’Autre. Alors je pense que quelques chatouilles étaient plus adaptées à ce moment. Mes mots et mes doigts t’ont fait rire. Un beau rire, vrai, sincère, j’ai senti un soupçon de bonheur éphémère flotter dans l’air. L’odeur de ta peau est troublante comme toujours. J’ai honte d’être certainement la plus heureuse à ce moment.

- Tu trouves toujours le bon truc à dire Kamako.
- C’est normal commodore, j’aime votre rire.

C’est normal Lexïa, je crois que je t’aime. C’est un choc pour moi. Je viens de réaliser que ces sentiments naissants venaient d’aboutir à leur conclusion tendre. J’ai le coeur qui vient de sursauter. Une grande chaleur dans mon bas ventre. J’ai la culotte trempée. J’ai l’esprit qui vibre qui tente de mémoriser tout ce qui se passe. C’est un peu terrible. Je sais que nous n’avons pas d’avenir, mais… t’aimer me rajoute un objectif à la vie. T’aimer c’est simplement te voir prendre la direction que tu veux. Même si je vais détester tous les ramoneurs et les plombiers qui vont travailler sur toi sans chercher à vraiment te connaître. Je resterai là. Aimer c’est vouloir le meilleur pour l’Autre, même si ça exige de rester en retrait, à sa place. Je t’aime et j’ai envie de te serrer contre moi. Je t’aime et je te serre contre toi.

- Héééé ! --Ton petit rire…-- Tu vas m’étouffer !
- Ce n’est pas le moment que vous preniez froid ! --Je ris aussi.--
- Dis-le avec la voix de Kamako-la-terrible !
- C’pas l’moment qu’vous avez froid Commodore !

J’ai accentué la phrase à outrance, nous rions toutes les deux comme deux gamines. Tu ne peux pas savoir combien je suis heureuse. Tu ne peux pas savoir combien je t’aime. Je ne le savais pas, je le sais maintenant et c’est magnifique, chaud, déroutant, troublant, merveilleux. »

*-*-*-*-*-*-*

Alors que tout semblait aller mieux, je me retrouve une fois de plus dans une situation imbitable. Pourtant, Darth Azylum, Dreckin était mort. La commodore venait de gagner un répit formidable. Enfin… La mort des deux cocos, je n’y croirai que quand j’aurai des preuves concrètes. J’étais de plus très troublé par l’attachement que j’éprouvais à présent pour la commodore. Je sais très bien que rien ne sera jamais possible avec elle. J’avais besoin d’une soupape de sécurité.

Ce qui me minait était que j’avais encore beaucoup de chose à éclaircir pour ma « patronne ». Mais je sentais que j’allais exploser. En attendant le debriefing du fiasco allait commencer. La générale est arrivée en première et elle n’était pas franchement dans un bon jour. Ça allait saigner. Les conséquences de la mort du Darth Suprême allait être compliquée à gérer et la Générale allait certainement devoir faire preuve de fermeté. Enfin… ce n’est pas comme si c’est ce qui lui manquait.

Je gardais l’accès à la salle de debriefing avec le sergent Delthea. Elle est courageuse. Sa blessure aurait mis à terre pour plusieurs semaines des soldats plus aguerris. Elle cachait sa souffrance et faisait son job. J’ai un peu honte de ce que j’ai fait ensuite. Mais j’avais besoin de quelqu’un. Spi’keko aurait été un bon choix, mais il m’intimide beaucoup. Je me suis mis à faire du charme à Delthea discrètement. À ma grande surprise, elle a répondu positivement.

Pendant ce temps, les éclats de voix des siths pour la succession d’Azylum avait atteint un point extrême. Des enfants. J’ai eu pour la première fois l’envie de soutenir la Générale. Elle devait être folle de rage. Mais sa discipline l’empêche de se mettre au niveau des gamins forceux qui piaillaient. Elle a fermement imposé que les siths règlent ce problème sur Korriban en conclave. Elle aurait de toute façon le dernier mot. Mais les « gamins » qui rêvaient de pouvoir succéder à Azylum n’en avait pas conscience. Je me sentais épuisée et retrouvais un peu de vigeur en lorgnant du côté de Delthea.

Il faut aussi que je note le problème avec le sith Staynn. Il avait brillé lors de notre opération, mais là… Il semblait sans force, un problème de santé ? Il allait falloir surveiller ça de près. Si ce genre de problème arrivait sur le champ de bataille ce serait perturbant. Ce n’est pas mon job en tant que corsaire. Mais en ces temps troublés, les trois branches de la Légion allaient devoir coopérer plus que jamais. Même si pour moi les siths sont des trous du cul. Enfin… Staynn est une exception. Visiblement.

La réunion continua une fois le problème de la succession tranché par la Générale. Et là… L’impensable est arrivé. Enfin… Impensable… Commodore… qu’avez-vous fait ! Vous saviez que la Générale venait de prendre l’ascendant sur tout le triumvirat ! Bon sang ! Quel besoin aviez-vous de demander avec trop d’insistance une chose que vous saviez que la Générale vous refuserait ! Je ne comprends pas. Vous auriez pu le faire en toute discrétion mais vous avez tenu tête à la Générale. C’était stupide ! Je sais que vous voulez retrouver votre influence, et justement je vous y aidais en tentant de vous calmer. J’ai échoué. Pardon « patronne ». La mort dan l’âme j’ai entendu la Générale demandé l’emprisonnement de la commodore. La vieille salope avait le contrôle total de la Légion à présent. Lexïa, mon amour, tu étais un pion, tu deviens moins que ça encore. Comment vais-je faire pour te protéger. Bien sûr que je prendrai soin de Fellawen jusqu’à ton retour. Mais… reviendras-tu ? La Générale n’a jamais eu besoin de toi. Paradoxalement, c’est Azylum qui te tenait en vie. Et il est mort. Je n’ai qu’un jour avant ta cours martiale. Il faut que je trouve de quoi prouver que tu es encore « utile ».

Pire. Une fois sur le croiseur, la Générale a verrouillé l’accès à la prison. Seule elle et la sergent Delthea étaient autorisé à accompagner les « visiteurs ». La générale est inaccessible. Me reste Delthea. D’une pierre deux coup. Et c’est un bon coup. J’amènerai Fellawen à la cloison de la prison demain. Il sentira votre présence commodore, cela le rassurera au moins lui. Je n’enfreindrai pas les règles cette fois-ci. Je ne sais pas ce que Dreckin ou Azylum on dit à la Générale à mon propos. Je doit être prudente pour deux. Et avec toi Lexïa, ton impétuosité c’est difficile de rester prudente. De plus Spi’keko est en mission sur Tatooine. Quand je vais devoir lui expliquer tout ce bazar il va falloir aussi que j’arrive à le calmer.

Mon amour tu viens de me mettre dans une merde noire, mais je t’en sortirai. Je vais rejoindre Delthea chez elle. Je sais ce qui va se passer. Mais j’ai besoin de me ressourcer et Delthea sous ses airs durs est pleine de tendresse. Je ne te trompe pas vraiment vu que c’est à sens unique. Peu importe, je penserai à toi en serrant le corps chaud de Delthea contre moi. Demain sera un jour difficile et j’ai besoin de force.

_________________
ある日、私の王女来るだろう

Kyôkho Moorabi -Sith / Jiwoo Moorabi - érudite à la psychomotricité différente
avatar
Jiwoo
Arrivant corsaire
Arrivant corsaire

Messages : 102
Date d'inscription : 04/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Jamais seule

Message par Jiwoo le Dim 27 Aoû - 13:40

Ouais, je suis en taule. Enfin... C'est ce que je voulais donc on peut dire que tout va bien. Les jours passent, je peux méditer. Je peux me reconnecter à la Force... Enfin... Surtout, je peux regarder Lexïa. Elle est forte, mais je sais que son petit coeur a mal. Nous avons eu de la visite il y a quelques jours. Certains gardes ont dû passer un sale quart d'heure. Grâce à ça, la commodore a pu trouver un peu d'espoir. Mais depuis la vieille peau a renforcé considérablement la garde. Lexïa, quand je ne la regarde pas est plus sombre. Elle aime donner le change, mais j'ai des perceptions qui dépassent celles d'un humain... Alors, je me force à ne pas la perdre des yeux. Ça doit lui coûter, mais... au moins, elle se concentre sur autre chose que le funeste. Alors si je souris ça la soulagera aussi. Facile de sourire quand je pense à certaines choses Lexïa... Juste après le retour d'Adumar...

"Elle suivait la commodore dans une coursive déserte. Le moral de Lexïa était sombre, elle avait passé la nuit à pleurer. Kamako se remémorait ses paroles de la veille : « Je ne trouverai jamais l’amour. Jamais quelqu’un qui ait assez d’imagination pour me surprendre. Jamais quelqu’un d’assez viril pour me satisfaire. Si… je dis tout ça… C’est parce que je suis terrorisée par ce maudit Dreckin. J’ai l’affreuse sensation de ne jamais avoir vécu. ». Kamako stoppa le pas. Surprise Lexïa se retourna.

- Kamako ?
- Jusqu’à quel point avez-vous confiance en moi Lexïa ? Si l’on excepte bien sûr l’incident du baiser.
- Je… ne comprends pas ta quest...

Elle se retrouva plaquée contre la paroi métallique de la coursive. Un geste vif, pas violent. L’expression d’un désir fou. Lexïa laissa échapper un cri de surprise mais aussitôt elle sentit un lekku de la Twilekk caresser doucement ses lèvres. La sensation était si étrange que le cri mourut aussitôt. Les mains de Kamako immobilisaient celles de la commodore contre la paroi. Là aussi l’étreinte des mains de la twilekk sur les poignets de Lexïa était loin d’être brutale. Un peu paniquée, la jeune chef des corsaires sentit que sa garde du corps venait d’introduire une de ses cuisses entre les siennes, la remontant jusqu’à ce que son pubis sente la pression. Dans le même temps Kamako dévorait son cou de baisers sensuels.

- Kamak…

Un baiser sur ses lèvres, un simple contact, pas d’échange de langues… La Twilekk commença à imprimer un mouvement doux, puissant, régulier à sa cuisse tout contre l’intimité de la commodore tout en multipliant les baisers timides. La caresse des lekkus sur ses joues était si délicates que peu à peu la peur, la colère de Lexïa laissèrent la place à la curiosité, à la douceur d’une personne qui tenait vraiment à elle. Leurs doigts étaient à présent mêlés… Quand le corps de la commodore se tendit brusquement et que ses lèvres s’arrondirent avec beauté pour pousser un râle de plaisir, Kamako se contenta de la prendre dans ses bras en une tendre étreinte. Son coeur battait aussi fort que celui de Commodore. La garde du corps utilisa sa voix la plus douce.

- En fait ce n’était pas vraiment une question commodore. J’ai parlé au mando. Je voulais juste avoir la chance de connaître ce qu’il aura le droit d’avoir. Il est chanceux. Et… Lexïa vous m’avez fait jouir. Merci.

Lexïa, perdue, ne sut quoi répondre. Cependant elle demeura encore un instant dans les bras bienveillants de Kamako.

- On y va ? Je crois qu’il vaudrait mieux se changer non ?
- Tu es impossible Kamako ! Tu te rends compte de ce que tu viens de faire ?! Tu es IMPOSSIBLE !
- Je sais… Elle adressa un sourire enjoué à la commodore avant de reprendre sa marche. Hurgh ! c'est pas agréable de marcher comme ça !!!
- ..."

Je repense à Delthéa aussi... Au début je l'ai utilisée... Et puis c'est devenu plus compliqué... J'ai deux raisons de vivre. Ma commodore et le petit cul d'enfer de la Légion. C'est un peu injuste pour elles deux. Lexïa me fascine et je ne me sens pas à sa hauteur. Delthéa m'ancre dans la réalité... C'est injuste pour Delthea, je le sais. Mais... je ne trompe personne. Mon idéal absolu, ma reine, ma princesse, ma déesse est dans la cellule en face de moi. Mon avenir réaliste est avec Delthea. Enfin... là, je risque fort de ne plus revoir la Sergent. Je repense à la nuit qui a suivi l'emprisonnement de Lexïa...

« C’est compliqué… Je ne m’attendais pas à ça… Je regarde Delthea dormir. Je suis désolée j’avais pour projet de seulement trouver de la tendresse et surtout un appui pour voir la commodore. J’ai pensé à Lexïa au début de nos ébats. Je déculpabilisais en me disant que la tendresse que je t’offrais compensais. Je n’aime pas utiliser les gens et essaye toujours d’offrir quelque chose en échange. Mais… Nous avons fait l’amour durant quatre heures… Et sur la fin c’est avec toi que je faisais l’amour Delthea. Je savais déjà que tu avais un grand coeur. Tu es perdue Delthea. Tu le caches, mais tu cherches toujours ta place dans la vie. Tu penses que tu es faible et tu essayes de compenser en montrant les dents. Tata Kamako a trouvé sa place dans la vie depuis très jeune. Mes… « parents » m’ont offert une vision à laquelle tu n’as pas encore accès. Je te montrerai un choix possible petit coeur.

Tu sais que tu me fais pleurer là ? Je te vois dormir et tu es si belle… Je vois ton gros coeur aussi. Les deux ensemble, c’est divin. Je peux pas t’offrir l’amour complet que tu veux me donner. Mais je te jure que je t’aime. On peut aimer plusieurs personnes à la fois. Bien sûr un jour il faut faire un choix. Est-ce que je te choisirais toi ? Spi’keko ? La commodore ? Vous trois êtes des êtres exceptionnels sans le savoir. Vous avez un point commun qui est la base pour moi : vous savez aimer. Vous avez quelque chose qui bat dans la poitrine. Tu serais un excellent choix de vie Delthea. Et en plus tu n’es pas une amante dégueux ! 10/10 pour toi. Mais je me verrai bien me promener main dans la main avec toi… Prochaine permission, si je suis encore en vie, je vais te faire vibrer complètement. Je vais t’aimer et t’offrir ce que cette connasse de sith ne t’a jamais offert : un vrai sentiment, nous serons des égales, personne pour dominer l’autre. Nous rirons, nous ferons l’amour, je te regarderai vivre avec le sourire. Je vais t’apaiser.

Tu ne sais pas vraiment qui est « tata » Kamako. Elle a déjà mené des batailles difficiles. Elle a certainement plus tué que toi. Et un jour, certainement, elle t’offrira la vie que tu mérites. En paix, à l’écoute de toi. On s’éloignera de la guerrre des batailles. Tu en rêves au fond de toi. Kamako te l’offrira. Je ne chercherai pas à te dominer comme Leilly. J'ai plus de connaissances qu'elle sur cet univers, je ne suis pas cruelle...

Delthea, je prendrai soin de ton petit coeur. Bon sang que tu es divine quand tu dors comme un petit bébé. Je vais te rejoindre mon désir s’est réveillé. J’ai envie d’encore boire l’amour entre tes jambes, d’être dans ton corps. Je n’ai pas de pénis, mais deux lekkus. C’est mieux qu’un homme non ? Mais… je me recouche contre toi et le désir brut se transforme en tendresse. Pas envie de te réveiller. Tu es trop belle pour qu’on te dérange petit coeur. Tu n’as pas à avoir peur de ce qui est arrivé à Jiwoo. Tout retombera sur cette idiote de Leilly. La grosse part de coeur que je te réserve grandira, je le sais. La puissante Kamako Lo’ki est tout émue devant le sergent Delthea. Je t’aime petit coeur. Et j’enregistre ce message pour que tu le saches si un jour je meurs. »

Kamako repose son holocom sur la table de nuit pour amener, sans la réveiller, la tête de Delthea contre sa poitrine. Delthea pousse un petit soupir et ouvre un œil. Kamako sourit.

- Petit coeur, on peut encore dormir une heure avant de reprendre le service.
- Tu es sûre ?
- Ouais.

Delthea se réassoupit tandis que Kamako remonte les couvertures sur elle. Ça non plus elle ne l’avait pas vu venir : ce qui devait être un simple coup d’un soir prenait un tour inattendu. Beau."

Retour ma douce sur dix. Elle m'a jeté un petit sourire timide. Si ça se trouve, je lui ai fait partagé un peu du bonheur que j'ai ressenti à l'évocation de ces souvenirs à travers la Force... Mes "parents" me disaient toujours que je ne dissimulais pas assez mes sentiments. Enfin, je suppose que j'aurais préféré avoir une vraie enfance. Mais dans ce cas, là, je n'aurais jamais rencontré la Commodore. Ma Déesse, je suis avec toi et ça me remplit. Je n'ai pas peur. Je te sauverai peu importe la situation.Et puis... Nous ne sommes pas seules. Quelque part dans ce raffiot, d'autres coeurs purs pensent à nous.

_________________
ある日、私の王女来るだろう

Kyôkho Moorabi -Sith / Jiwoo Moorabi - érudite à la psychomotricité différente
avatar
Jiwoo
Arrivant corsaire
Arrivant corsaire

Messages : 102
Date d'inscription : 04/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

La fuite de Kamako !

Message par Jiwoo le Lun 28 Aoû - 18:07

HRP: j'ai écrit ce texte pour tenter de trouver une sortie irp à Lexïa à Kamako. Je ne le publie pas pour provoquer de polémique, je sais que personne ne l'acceptera irp, mais bon... Il est écrit et bien sûr dans mon coeur de joueur il est irp Smile Donc ne le prenez pas comme un texte polémique: juste comme le texte d'un joueur qui tient à la vie de deux persos Wink

Au passage vu que Kamako est dorénavant recherchée par la Légion, c'est bien sûr la dernière entrée de Kamako !

*-*-*-*

Quand Kayla sortit de l’hyperespace, elle fit un sourire sadique en voyant que les deux flottes avaient engagé le combat. Tout se déroulait selon les plan du guide. Elle activa de suite le mode furtif. Au pire des cas, le transpondeur de son vaisseau l’identifiait comme un vaisseau des service-secrets réformés. Cette petite pisseuse de Jiwoo avait été si facile à manipuler… Elle avait donné ses ID d’opérateur à Dreckin quand celui-ci lui avait dit que c’était pour sauver la Légion et sa sœur. Et elle ne pourra pas en parler car visiblement elle avait un peu perdu la boule. Dreckin n’aurait pas aimé mais il était mort.

Elle revint assez vite au combat. Le mode furtif n’immunisait pas aux tirs laser et autres canons à protons. Le plan d’évasion était audacieux. Sa « soeur » était emprisonnée avec une forceuse. Leur homme de l’intérieur avait pu échanger quelques messages brefs avec elle. La twilekk se disait assez puissante, mais la garde avait été renforcée sur tout le vaisseau. Par chance, un combat spatial distrayait un peu les gardes.

- T0-NY, au lieu de te branler les boulons, occupe-toi du timing.
- Il est vrai que le temps passe bien longtemps avec vous.
- Ta gueule ! Notre homme de l’ombre va bientôt ouvrir le volet d’occultation du quartier de détention. À partir de là, ça va être tendu. Je commence déjà à recevoir des messages du contrôle du Vengeur Impérial. Y’a tellement de forces engagées que de toute façon, le temps qu’ils vérifient les codes que je leur envoie, on se sera barré. Et puis nos impulsions gammas vont bien leur donner quelques alertes… Ça va être géant.
- Je dois vous rappeler que votre arrogance n’est pas vraiment de taille face à ce qui se passera quand nous sortirons du mode furtif…

Kayla se contenta d’afficher son sourire « arrogant ». Le guide n’échouait jamais dans ses projets.

*-*-*-*-*

Magnus reçut un petit signal sur son holo. Kayla était en place et allait tirer deux gros rayons gammas. Les ondes électromagnétiques provoquerait une panne totale des circuits électroniques. Il allait donc ouvrir les volets d’occultation et si il avait le temps, sortir de la prison. Des images de sa traque de Lexïa sur Tatooine lui revinrent en mémoire. La petite l’émouvait toujours bien plus qu’il ne le voulait. Il se rendit à la console pour entrer ses codes de sécurité. Ouverture des volets.

*-*-*-*-*

Kamako s’assit dans sa cellule. Il était temps d’enlever les bracelets de force qui dissimulait sa signature en l’empêchant d’utiliser ses pouvoirs. Elle se sentait plus morte que vive à cause des coups de fouet. Mais elle devait tenir pour la commodore. Tout allait commencer dans une minute. D’après ce qu’elle avait compris, tout commencerait par un déverrouillage du volet de la prison et une grosse panne électronique locale. Les cellules s’ouvriraient et du coup les gardes seraient très nerveux et n’hésiterait pas à exécuter les prisonniers si ces derniers bougeaient trop. Il fallait prévenir Lexïa. Une simple concentration et elle put imposer ses mots dans l’esprit de la commodore.

- [Commodore, asseyez-vous dans votre cellule et ne bougez plus pendant les prochaines minutes. Peu importe ce qui se passera, faites-moi confiance. Et euh… faudra me dire où vous avez acheté vos sous-vêtements ! Trop beaux!]

Elle devait la divertir un peu pour ne pas qu’elle agisse de façon suspecte. Elle vit de loin Lexïa s’asseoir à son tour regardant nerveusement à droite et à gauche… Diversion ratée.

- [je connais un beauuuu mando qui sera content dans quelques minutes…. Et puis bon, si vous voulez une amante potable je suis là aussi hein!!]

Gagné ! Son petit air tendre suivi de son air de reproche… Maintenant elle fixait son regard courroucé sur Kamako. Soudain les lumières s’éteignirent, touts les cellules se désactivèrent. Seule la clarté de la lumière reflétée par le globe de d’Adumar et les tirs de la bataille spatiale donnaient un peu de Lumière. Aussitôt toute la garde supplémentaire mis en joue les deux prisonnières et le chevalier de Zakel. Huit gardes par prisonniers et deux droïdes militaires. La générale n’avait pas fait dans la dentelle.

- Que personne ne bouge où nous ouvrons le feu !

Un silence pesant se fit. Kamako pouvait ressentir la couleur de la nervosité. Méditer un instant en se concentrant sur son audition. Un petit « poc » soudain. Presque inaudible tant la tension était grande, mais c’était le signal. Juste sous une des poutrelles de la structure de la baie en plexiquartz, une petite bille en xenium venait d’être projetée avec force contre la vitre. Une petite fissure au centre se forma. Aussitôt, le reste du dispositif émit une puissante oscillation à la fréquence de vibration du réseau cristallin du plexiquartz. En temps normal, les détecteurs auraient répéré de suite le problème et fermé le volet d’occultation. Mais voilà. l’impulsion EMP avait grillé tous les circuits de la zone.

La petite fissure devint gigantesque et la différence de pression entre le vide intersidéral et la prison fit le reste : la vitre explosa. Aussitôt, les cris et les hurlements devinrent irréels tandis que tout ce qui n’était pas fixé au sol volait par la baie vitrée. Quand il n’y eut plus d’air, plus aucun son, la paix se fit dans le coeur de Kamako. La pression était équilibrée, elle put lâcher le montant de sa cellule qu’elle tenait d’une main. Dans l’autre elle étreignait Lexïa qui était encore choquée. Elle avait juste eu le temps de faire une traction de force sur la commodore, de capturer un peu d’oxygène dans une bulle de force. La présence d’air dans la bulle leur permettait de parler.

- Commodore, bougez pas d’un pouce. Je vous porte et on va faire le grand saut ! Vous n’avez jamais rêvé de vous balader dans l’espace sans scaphandre ? Ça va être trop trop géant ! Et je pourrai vous tripoter sans que vous osiez contester ! Nah je déconne : Vous pouvez contester si vous voulez.

Elle lança un grand sourire à la Lexïa qui n’était pas rassurée. Cette dernière ne put que constater que la Twilekk les propulsait vers la baie vitrée explosée. Kamako s’arrêta un moment. Elle regardait le globe d’Adumar en souriant. Une mine émue que la Commodore n’avait que peu vue sur le visage de sa garde du corps.

- Je trouve ça beau. Dommage que ces trous du cul d’impériaux salissent tout ce qu’ils touchent. Allez. On y va princesse. Ça va un peu secouer. Faut que je nous propulse sinon la gravitation nous ramènera vers la masse du croiseur. Après je sais pas ce qui se passera, on m’a pas tout dit. Mais bon… Crever contre vous sera plus glamour que d’un coup de blaster dans la nuque. Hum… si on voit qu’on est condamné, foutues, sans espoir… je pourrais vous faire un dernier baiser ?

Elles flottaient lentement hors du croiseur. Lexïa a son tour fut fascinée. Il y avait quelque chose de tellement irréel… La peur d’être ainsi dans l’espace en plein milieu d’un combat céda le pas à l’espoir. Beaucoup s’étaient levés pour elle. Finalement elle n’était plus seule. Spi’keko, Kamako semblaient savoir quoi faire.

- Un dernier baiser ? Jamais de la vie !
- Hoooo ! Je vais pleurer !
- Non, parce que j’ai confiance en toi. Donc je sais que nous ne sommes pas condamnées.
- Merci Lexïa. Je… réussirai pour ma déesse, ma princesse cosmique… Et si jamais ça se passe mal… Merci pour tout ce que vous m’inspirez.

La Twilekk ne put s’empêcher de donner une petite caresse au visage de Lexïa grâce à un lekku.

Au loin, une forme sembla sortir du néant. Lexïa reconnut la silhouette profilée d’un Fantôme-X70. Le sas arrière s’ouvrit. Un droïde lança un grappin que Kamako guida vers elles par la force. Aussitôt T0-NY les ramena à grande vitesse, referma le sas et activa le mécanisme de pressurisation. Kamako se laissa tomber au sol en souriant, recevant et protégeant la chute de la commodore.

- C’est le truc le plus dingue et le plus géant que j’ai jamais fait ! Spi’ me croira jamais !!

Kamako éclata de rire en prononçant ces mots. Un autre rire répondit. Kayla.

- Ouais, c’était assez dément ! J’crois qu’on va s’entendre vous et moi !

Kamako posa un regard vers Kayla. La ressemblance avec Lexïa la laissa sans voix. Lexïa elle-même parut interloquée.

- Bon, c’est pas tout, on file maintenant… Ce flanc du croiseur n’est pas trop exposé, mais mon X70 est trop modifié pour participer à la bataille.

_________________
ある日、私の王女来るだろう

Kyôkho Moorabi -Sith / Jiwoo Moorabi - érudite à la psychomotricité différente
avatar
Jiwoo
Arrivant corsaire
Arrivant corsaire

Messages : 102
Date d'inscription : 04/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: DOSSIER Kamako Lo'ki

Message par silmargamma le Lun 28 Aoû - 19:07

JE POSTE LE COPIER COLLE DU TEXTE QUE J'AI ENVOYE EN REPONSE A CELUI CI, DONT TU M AVAIS FAIT PART EN MESSAGE PRIVE, L'OPTION EN FIN DE TEXTE AURAIS PU ETRE UNE SORTIE HONNORABLE ET JE TROUVE DOMMAGE QUE NOUS N AYONS PAS PU FAIRE ORGANISER CELA.

""hello
desolé, je vais faire plus cours que toi^^
-Attaquer un croiseur de classe pourfendeur et ses deux fregates avec un vaisseau de classe x70, c'est heroique mais suicidaire.
-Il serait impossible de s'en approcher sans code de sécurité, demandés en général des que le viasseau est a porté des capteurs.
-Quand bien meme votre "plan" fonctionnerait, vous ne pourriez pas echapper a la chasse et aux systemes de défense( On parle d'un vaisseau de 800 m de long et de ses fregates, seul un emp d'un canon a ion pourrait le mettre hors d'état de nuire, tiré depuis une planete ou depuis un autre croiseur, vu la taille du dit canon.

Je pourrais encore en rajouter mais ca ne servirait a rien^^ et crois moi ce n'est pas de la mauvaise fois, juste de la logique.
Vous voulez quiter la guilde, cela ne me gene absolument pas, chacun est libre Smile
Par contre faire une évasion de ce genre, pour moi IRP ca ne passe pas, ou alors attaque le vaisseau avec le X70 irp, et on verra si vous avez de la chance au rand.. Contre des 10aines de chasseurs, de batterie de missile et de laser, ca reste possible, comme de gagner au loto^^

Personnelement je vais faire plus simple a la bonne sauce Impériale comme il aurait du etre fait en tant de guerre et donc sous la loi martiale en ordonnant l'execution de lexia et de kamako. a vous d'accepter ou de refuser la mort IRP, sachant que a n'aura guere d'importance.

Pour info, nous avions prevu(avec d'autre) un resultat de proces permettant a kamako de sortir et a lexia de rester en prison pour que sa mere s'acquite de sa mission pour la légion. Apres la chute de Bildrsok, nous voulions envoyer lexia et sa mere le rejoindre dans la tombe, avec les deux jumeaux detruits il y a deux jours^^. Une evasion aurait pu etre possible a ce moment car nous voulions les enmener soit disant en exil sur une planete desertique pour les exécuter: c'est a se niveau que l'évasion aurait été possible et cohérente, car lexia et sa mère auraient été sous escorte réduite.

Voila pour ma vue. ""

_________________
avatar
silmargamma
Général d'armée
Général d'armée

Messages : 106
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: DOSSIER Kamako Lo'ki

Message par Invité le Lun 28 Aoû - 21:39

Et bien, je pense que le MG de l'évent alliance impérialiste va donc s'expliquer et même donc conformer tout le monde à une issue des plus justes.

Comme tu l'as décris Silmar dans un autre post, le croiseur "pourfendeur" est l'outil de combat de l'empire durant la grande guerre galactique, mais je vais clairement expliquer ce qui se serait passé et ce qui devra évidemment être devenu la fin "officiel" de l'évent.

Déjà de base c'est la confrontation des forces de la légion et la flotte d'Adumar, le surplus de troupes que j'ai notifié dans le post "alliance impérialiste" a pour but de former une flotte militaire pour aller s'opposer à la "flotte" Adumarienne, donc c'est logique que les forces en présence participent car je ne vois pas comment vous faire venir pour l'event attaquer le vaisseau de Bildrsok sans que vous soyez là, car apparement seul le Curiosity était déployé.

L'extraction des prisonnières se fera durant le combat, donc les chasseurs seront plutôt attirés par d'autres chasseurs, donc le fantome x-70 qui a ses propres qualités qui est d'être indétectable aux radars. Non ? Explication, reviens dans l'histoire de Malgus, tu aborde son vaisseau amiral à l'aide d'un fantôme x-70 et tu en conviendras que les troupes de Malgus sont prises par surprises, donc je pense que sur ce point on est d'accords.

Je fais confiance à Jiwoo qui au niveau de la physique nous surpasse certainement, en tout cas pour mon cas, donc le reste de l'extraction ne cause aucun problème. Niveau de l'exil ça aurait était plutôt cool à jouer et oui ça aurait était une très bonne idée de se barrer depuis le désert.

Donc le coup du fantôme x-70 n'a rien d'héroïque lors d'un combat galactique, surtout qu'un vaisseau abordé (et la ca ne va pas jusque là) ou encore en contact avec une navette (exemple Rogue One le hammeread qui démonte de croiseurs impériaux) n'a rien d'impossible en bataille spatiale.

Mon erreur ? Oui sur le vaisseau depuis la bordure, c'est un détail qui m'a manqué, mais dans le grand besoin la flotte aurait pu être attaqué au dessus de Dkaas, avec une durée de vie pour la flotte d'Adumar bien réduit étant donné qu'il n'y a plus de barrage autour des planètes impériales car l'empire à déployé ses dernières force vers Zakel et Iokath.

Donc le départ est tout à fait possible, mais évidemment rien a était fais pour mettre l'évent en place, que ce soit de définir sans aucun droit que mon personnage était mort irp, et pourtant la mort Rp doit être acceptée pour avoir lieu.

J'ai laissé coulé plusieurs choses, le corps d'Azylum récupéré sur Adumar...Par qui ? Ceux qui ont chutés ? Vos troupes qui sont partis directement à Dkaas ?

Donc ça c'est impossible surtout qu'il est leader du groupe et il s'est fait zigouiller par les adumariens, mais sachant qu'Azylum à une suite prévue je décide de tout simplement accepté le fait que les fantômes récupèrent le corps, donc évidemment je ne comprend cette motivation de définir mon perso mort sachant que je vais l'utiliser à nouveau, donc vous avez vos réponses, et plusieurs fois durant l'évent j'ai du m'adapter à des changements, car je suis le maître du jeu comme ont le dis pour le rp papier ou même pour les évents, donc j'en déduis à juste mesure que les persos ont pus se barrer pour ne pas empirer la situation et que la légion à vaincu Magnus le traitre et surtout la flotte d'Adumar ainsi que Bildrsok.

Dommage que ça ne c'est pas jouer, mais la réponse à était clair, très décevante surtout car dans le but simple de finir le rp avec la légion sur un évent qui cèlerais une victoire sur Adumar, il y a eu la préférence à se ruer à tuer un personnage sans même autorisation (donc le perso est vie), refuser de tout simplement le mettre en place, je n'ai pas plus à rajouter que cette marque de déception, car nous sommes bien différents du NOG à ce que je sâche.

Pour le message d'Anuman, je l'ai vu, je ne suis pas responsable de ses actions et déclarations, donc je ne m'excuse pas, mais je vous confirme que je ne soutiens pas l'idée de venir provoquer directement le GM sur le forum.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: DOSSIER Kamako Lo'ki

Message par silmargamma le Mar 29 Aoû - 20:51

affaire close, passage aux archives

_________________
avatar
silmargamma
Général d'armée
Général d'armée

Messages : 106
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: DOSSIER Kamako Lo'ki

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum